Mes prédictions pour les tendances à suivre en 2013

Plusieurs tendances semblent se dégager et se confirmer de plus en plus pour les mois (et années) à venir, en se basant sur l’observation des comportements individuels et collectifs, en ligne, en société et en entreprise.

J’en retiens principalement les 5 tendances suivantes :

  1. La mobilité comme socle des transactions et des échanges (d’informations, de contenus, etc) : smartphones, tablettes, interfaces tactiles urbaines, etc connaîtront une croissance plus importante, et donc vont créer une pression sur les offreurs pour proposer des services adaptés à ces situations : ubiquité, nomadisme, lecture sur écran de petite taille, interactivité, personnalisation des choix en fonction de la localisation, etc
  2. Une verticalisation des offres et un développement des micro-réseaux pour des micro niches : Plus de personnalisation mènera indéniablement vers plus de verticalisation, c’est à dire la création d’offres dédiées à une micro-communauté aux besoins et désirs spécifiques. Créant ainsi une barrière à l’entrée en jouant sur la rareté et la sélectivité.
  3. Un développement des services d’agrégation de données et de création de sens : Avec la création d’autant de paramètres et de données personnelles/personnalisées, le volume devient considérable et il est alors plus facile de se perdre dans les détails sans réussir à obtenir The Big Picture. C’est ainsi que les services d’agrégation trouveront une meilleure légitimité pour proposer leurs offres de collecte de tout type de données pour en faire ressortir du sens, et sur une plus grande durée : data mining, cartographie et visualisation des réseaux et des interactions, tout est bon pour couvrir autant de particularités et dresser un état des lieux global.
  4. Une concentration chez les éditeurs et prestataires de services : Avec la démultiplication des offres de services, des types de données et d’acteurs, le marché sera poussé à s’organiser en fonction, avec une plus grande concentration des prestataires par des rachats, fusions acquisitions, etc. L’idée étant de couvrir les besoins métiers en entier, en faisant appel aux compétences techniques et technologiques les plus adéquates à chaque poste. L’année dernière par exemple a vu ce phénomène se développer pour les offres de Social Media Monitoring.
  5. Une panique morale plus soutenue : Entre l’hyper spécialisation et le développement d’offres personnalisées basées sur l’étude des comportements et une plus grande concentration favorisant une centralisation des données, ainsi qu’une innovation plus soutenue, il est évident que les crises de panique morale vont se démultiplier. Ceci va créer une confrontation toujours plus grande entre les fervents défenseurs du progrès technique/technologique et les autres groupes de défense.

Articles similaires:

0 Posted on 6 décembre, 2012 by Aref JDEY

Partagez cet article avec la communauté !