Modern Warfare : Quelle réaction de Facebook, Twitter & Co en situation de guerre ?

La guerre 2.0 se passe aussi via les plateformes communautaires, selon des stratégies variées, comme nous le constatons actuellement avec la confrontation entre Tsahal et Hamas. Information et désinformation, propagande et contre-propagande, usage des mèmes et publications multimédia en temps réel, voire même des expériences de gamification, sont au rendez-vous.

Mais qu’en est-il de la responsabilité des plateformes sociales que sont Twitter, Facebook, Youtube, Instagram, Tumblr, Pinterest, etc ? Responsabilité qui façonne, au moins en partie, la perception individuelle et collective de ce conflit, comme l’étaient TF1, CNN et autres chaînes TV pour la guerre d’Irak.

Les messages publiés par IDF et Hamas sur Twitter peuvent-ils être considérés comme une incitation à la violence selon les propres conditions et règles de Twitter ?

Violence and Threats: You may not publish or post direct, specific threats of violence against others.

Twitter va-t-il procéder à la suspension des comptes (sachant que celui de l’IDF est « vérifié ») ou à supprimer/bloquer les contenus en question (sur demande d’un des 2 gouvernements) ?

https://twitter.com/IDFSpokesperson/statuses/268780918209118208

https://twitter.com/AlqassamBrigade/status/268791630583193600

Sachant que Twitter a déjà procédé à la suppression de contenus dans l’affaire des sympathisants nazis en Allemagne. Cette action est une première dans l’histoire de Twitter, qui se portait jusqu’à très récemment comme un garant de la liberté d’expression.

https://twitter.com/amac/statuses/258746802633842688

La question se pose aussi pour Youtube, qui a bloqué récemment la vidéo de l’action de Tsahal contre l’un des dirigeants du Hamas. Un blocage qui est à priori une erreur d’ordre technique et algorithmique… Sachant que les CGU de Youtube précisent :

Ne publiez pas de vidéos représentant des actes répréhensibles, tels que les mauvais traitements infligés à des animaux, la consommation de drogues ou la fabrication de bombes. Les images violentes ou la violence gratuite sont interdites. Si votre vidéo met en scène des personnes blessées, attaquées ou humiliées, ne la publiez pas.

Idem pour Facebook où l’on sait que le filtrage des contenus passe des prestataires externes (au Maroc, en Inde, etc.) et que les images et vidéos d’une extrême violence ou de la pure propagande continuent à se partager sur le plus grand réseau social.

Quant à Tumblr qui a modifié récemment ses conditions d’utilisation lui accordant le droit de censurer les images et publications d’ordre anorexique pouvant heurter la sensibilité des jeunes, adoptera-t-il une démarche similaire dans la gestion des publications relatives à ce conflit armé ?

Est-ce que ces plateformes qui drainent des centaines de millions de visiteurs adopteront une nouvelle position pour éditorialiser le contenu et changer  ainsi du simple statut d’hébergeur ?

La situation est bien résumée par un analyste devant la BBC en ces termes :

« This is not a decision a couple of hundred engineers in North California want to be making. »

Articles similaires:

0 Posted on 16 novembre, 2012 by Aref JDEY

Partagez cet article avec la communauté !