Organiser toutes les données sociales serait-il le leitmotiv de Facebook ?

Un récent papier publié dans Wired nous apporte une vision plus claire sur la volonté de Facebook de se positionner comme l’acteur principal de l’organisation des données sociales, en se basant notamment sur le Web sémantique.

Mark Zuckerberg se positionne différemment de Google, Microsoft ou encore Apple, puisqu’il estime qu’il ne vend/fabrique pas des produits. Facebook construit une plateforme mondiale qui aide les individus, les groupes et les organisations à se mettre en relation. Il estime en effet qu’une version sociale est toujours plus productive qu’une version « non sociale ».

Et c’est bien l’Open Graph qui constitue le coeur de cette stratégie de développement. Si au début, c’était le Social Graph qui étudiait les connections entre individus, l’Open Graph va au-delà pour prendre en compte aussi les services tiers et donc les goûts, habitudes et affinités des utilisateurs. L’Open Graph collecte ainsi tous les bouts de données disponibles à propos d’un utilisateur pour alimenter la machine Facebook.

Car c’est à travers ses propres habitudes de navigation, de lecture, d’écoute de musique ou de choix de films/vidéos qu’un internaute contribue à influencer ceux de son entourage et vice-versa.

“Music is fundamentally a social experience. The music your friends listen to shapes what you listen to,” says Mike Vernal, who oversees the Facebook engineering team responsible for Open Graph. “We knew that it would be really powerful if you could use Facebook to discover interesting music based on what your friends are listening to. Music is fundamentally a social experience. The music your friends listen to shapes what you listen to”

L’analyse de ces relations inter-individus et inter-groupes s’appuie sur des performances technologiques assez puissantes. Identifier qui parmi vos contacts a déjà « liké » la page de Barack Obama parmi les 30 millions de fans, ne prend que quelques millièmes de secondes !

Avec bientôt près d’un milliard d’utilisateurs, Facebook se présente comme la plus grande plateforme numérique de mise en relation, et donc comme base de renseignements sociaux. Si Google s’est donné comme objectif il y a quelques années d’organiser l’ensemble de l’information mondiale, Facebook est plutôt en bonne voie pour remporter le pari de l’organisation des données sociales.

Articles similaires:

0 Posted on 3 juin, 2012 by Aref JDEY

Partagez cet article avec la communauté !