E-Réputation : Face [Your] Reputation ou le Far-West incarné

J’ai déjà qualifié le marché de la e-réputation il y a un an de « Far-West », quand j’ai partagé la première carte des acteurs du marché. Ce qualificatif n’a cessé depuis d’être confirmé : apparition de nouvelles offres, reconversion de certains prestataires, création d’agences spécialisées… Le dernier opus vient de sortir, avec comme protagoniste FACE [YOUR] REPUTATION, filiale de la société LA WorldWide (créée en 2008, au capital de 10k€). Le scénario (détaillé par François sur son blog) sera probablement enseigné prochainement à la rentrée dans certaines formations d’intelligence économique, voire de guerre économique :)

Donc, si nous nous concentrons sur les faits et uniquement les faits, selon la seule version disponible pour le moment, et appuyée/corroborée par des témoignages d’autres personnes :

  • LA WorldWide (représentée par Sabine Descours) s’est rapprochée de l’agence I&E On (du Groupe I&E, représentée par François Guillot) pour « un projet de partenariat ».
  • Ce rapprochement s’est avéré une collecte poussée de renseignements, voire selon certains témoignages (Spotter en l’occurrence, des productions de contenus).
  • Quelques mois après, et à coup de communiqués de presse, LA WorldWide voit le jour et lance son offre de e-Réputation.

A ce jour, et au moment de l’écriture de cet article, aucune réponse ou réaction n’a été à ma connaissance faite de la part de LA WorldWide. Sauf que… Comme sur le Web les évènements s’accélèrent, et comme sur le terrain, les milieux de veille, d’agence de com sont petits, les réactions n’ont pas tardé à voir le jour, et les conséquences commencent à prendre du volume.

J’ai compté plus de 170 twitts sur l’affaire, une cinquantaine de commentaires sur le blog de François mais surtout, des résultats de recherche sur Google très intéressants, sur les acteurs de cette affaire : Face Your Reputation, LA WorldWide et Sabine Descours.

Ce qu’il faut retenir :

  • Si la méthode utilisée par Face Your Reputation et décrite par François est totalement condamnable, il faut savoir que c’est aussi une pratique courante, (et que je ne cautionne pas du tout!), sur des marchés ou des niches concurrentielles plus particulièrement. D’autres affaires similaires, dans ce même secteur, ont forcément eu lieu, sans pour autant être médiatisées.
  • Les rapprochements camouflés (partenariat, demande de renseignements, appels d’offre déguisés pour servir de lapin…) peuvent être évités par un certain nombre de moyens et d’outils comme les NDA (Non Disclosure Agreement) mais aussi et surtout par du bon sens et du flair ! Un minimum de renseignement et d’investigation sur les profils, les statuts de la société, ses dirigeants, leurs parcours… donneront plus d’éléments pour pouvoir saisir un profil plus complet de l’interlocuteur en face.
  • Les créations de sociétés, de marques et de filiales sur le marché de la e-réputation (si on peut l’appeler marché !) vont continuer, mais vont-elles « survivre » aux 3 premières années d’activité ? Je n’en suis pas sûr. S’il est possible de décrocher quelques contrats, surtout avec le premier cercle du réseau (dans ce cas, les proches de Sabine Descours, mais aussi Julie Hasson et  Thierry Chetrit), il n’est pas évident de percer parmi la centaine de prestataires déjà présents, surtout avec un poids au pied comme cette affaire.
  • Ce n’est pas en publiant un site Web et en affirmant diposer d’une méthodologie et de procédés déposés, que le carnet de commande explosera ;-) Si je me réfère à la description de la méthode de Face Your Reputation, j’aurais tendance à dire que c’est quasiment la même présentée par une grande majorité de prestataires. Je n’irais pas forcément à dire que même un stagiaire ou un étudiant en M1/M2 produira les mêmes éléments dans un rapport ou un mémoire de stage.
  • Une règle d’or : le client n’est jamais con ;-) Tôt ou tard, il s’apercevra de la supercherie, et les mécanismes de la sélection naturelle ne sauront tarder à se mettre en route ;-)
  • Un proverbe qui se vérifie encore une fois (entre les 4 agences qui sont tombés dans le panneau et Face Your Reputation qui commence bien son lancement) : Les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés.

EDIT (07/09/10) : Face Your Reputation, par le biais de Sabrine Descours publie une réponse officielle à cette « affaire ». Personnellement je trouve la manière discutable : un commentaire est publié sur mon site dans la rubrique ‘A propos’, au lieu du lieu même de la discussion (pour fuir les échanges ? Erreur technique ?), tout en arrosant Twitter par un message unique, qui a causé la suspension de leur compte !

Articles similaires:

0 Posted on 5 septembre, 2010 by Aref JDEY

Partagez cet article avec la communauté !