Bonne nouvelle : Kartoo ferme ses portes

J’ai appris l’arrêt d’activité de la société Kartoo en fin de semaine dernière, et j’ai constaté depuis le déferlement des messages de surprise et de tristesse, notamment relayés sur Twitter. Certes, ceci présente un volet « triste », mais je pense qu’en regardant les choses autrement, en adoptant le « thinking out of the box », il existe plutôt un certain nombre d’éléments qui font que ça soit une bonne nouvelle.

L’arrêt de l’activité de Kartoo était prévisible depuis à peu près fin 2008, malgré le lancement de quelques ‘nouveautés‘ l’année dernière. Ceci s’explique en partie par le flou et la difficulté de trouver le bon positionnement de l’offre : entre le grand public et le professionnel. On se rappelle de Ujiko avec son interface en flash et ses fonctionnalités de filtrage, des différentes versions du moteur Kartoo en matière de restitution cartographique…

L’offre B2B de Kartoo avait du mal à passer, face à d’autres éditeurs plus pertinents, spécialisés et réactifs, sur le segment de la recherche d’entreprise, de la cartographie ou encore de la veille. (Je signale que Kartoo proposait aussi une offre de surveillance Web !). C’est ce que j’appelle le syndrome du canard : il nage mais pas comme un poisson, il vole mais pas comme un pigeon, il court mais pas comme un lièvre ! Il fait un peu de tout, mais sans forcément être pertinent. Et c’est le principal problème d’un éditeur qui cherche à se diversifier.

L’offre grand public a, quand à elle, souffert d’un manque flagrant d’innovation, de pertinence et surtout d’ergonomie face à d’autres acteurs. Utiliser Kartoo comme moteur de recherche par défaut, ou comme outil de recherche connexe n’est pas un réflexe. On est intéressé dans un premier temps par son interface et la façon avec laquelle il restitue les résultats, mais sans plus.

Ce flou s’est donc avéré fatal, puisque les investissements en RD n’ont pas abouti à des résultats pertinentes.

Mais ce que je trouve de positif dans cela c’est que :

  • La disparition de Kartoo est un signal d’alerte rouge pour les autres acteurs du marché : sans efforts et sans stratégie de RD, le chemin sera très très court. Définir un positionnement clair est très important pour assurer une continuité d’activité, sans forcément se retrouver dans des situations ‘fermées’.
  • La concurrence se trouvera à mon avis plus saine, avec des offres plus pertinentes et calibrées.
  • Le marché dispose maintenant d’une place libre, pour des nouveaux ou encore pour les anciens :)
  • Vis-à-vis des clients, l’importance de prendre en considération la roadmap de l’éditeur est de plus en plus justifiée, ce qui constitue une garantie supplémentaire
  • Cette disparition ouvre la voie à la découverte d’autres éditeurs, pas forcément français, de la recherche et de la cartographie
  • Même si le choix d’arrêter les activités est difficile, il est au moins responsable, et ça évite d’alourdir les charges et d’occuper des compétences pour une valeur ajoutée minime

En tout cas, ceci est ma vision personnelle de cet évènement, et bon courage à Laurent Baleydier.

Articles similaires:

0 Posted on 25 janvier, 2010 by Aref JDEY

Partagez cet article avec la communauté !